Mise en scène avec une projection et utilisant différents endroits de la collégiale, une plongée originale, passionnante et contrastée dans les musiques qui ont précédé le tout premier opéra, l’Orfeo de Monteverdi, donné en 1607, et les oeuvres majestueuses qui l’ont suivi.

Un climat contrasté et prenant

Un programme construit autour de pièces courtes et évocatrices, issues d'oeuvres qui ont précédé ou suivi la création du premier opéra connu, l’Orfeo de Claudio Monteverdi (1607). Un climat contrasté et prenant servi par des solistes, des choeurs et des instrumentistes reconnus utilisant en alternance ou en écho différents espaces de la collégiale choisis pour leur adéquation avec les oeuvres et leurs spécificités acoustiques, le tout soutenu par une projection sur grand écran.

Un Nivellois aux sources de l’opéra

Cinq siècles plus tard, la Collégiale renoue avec les sonorités mystérieuses de Tinctoris, chanoine du chapitre de Ste-Gertrude de Nivelles, musicologue, poète et mathématicien influent de la Renaissance.

Une Europe de l'opéra

Marignan (1515) évoquée avec humour par Janequin, le contrepoint spectaculaire de Gabrieli pour la basilique de San Marco à Venise, la tendre subtilité des madrigaux de Monteverdi, les couleurs de l'orgue français sous Couperin, l'essence de la tragédie ou Didon selon Purcell, le poignant choeur des esclaves de Rameau, l'épopée fondatrice d’Israël en Egypte de Haendel, la rigueur du cantor de Leipzig ...

 

Après le concert, réception offerte par la société Securex avec la collaboration d'Oxfam, à l'hôtel de Ville.